(et gloire immortelle à l'inoubliable Raymond Cousse !)

Sur internet, quand tu fais un blog, hormis les vilains zorros anonymes qui t'agonisent ou qui te menacent bien planqués derrière leur pseudo d'impuissant mytho, tu te fais aussi plein de copains. En général sont d'emblée vachement cordiaux, laudateurs, mais z'ont une facheuse tendance à se désintégrer aussi rapido qu'ils étaient apparus.
Avec Pat eul québecquois ça fait plus d'un an qu'on s'écrit, m'a envoyé par la poste un bouquin de Jean Narrache l'équivalent québecquois de Jehan Rictus, sinon il a cru que je déconnais quand j'ai flippé le jour ou il s'est mis en devoir de chatter avec moi sur ma boite gmail, j'étais pas au jus, pour moi c'était de la sorcellerie.

Lire la suite