Petit, tout maigre, la tronche d'un piaf qu'aurait fait son nid dans un pot d'échappement, la mèche crantée, en perfecto avec une goldo vissée de coté, ce petit voyou à l'ancienne possédait une tchatche de bonimenteur et nous ravissait de sa débagoulante amère mais drôle, rase-bitume et fine. L'était mécano, au noir évidemment ! Une pointure ! Il partageait avec Bugs une même passion pour les bagnoles, les clés à molette, le bidouillage et le démontage de trucs plein de cambouis et pas forcément à eux.
Je l'avais quelque peu perdu de vue, quand en 1985, mon ami Titi des sept Mares (on appelait aussi ce jeune seigneur « le duc des Nouveaux Horizons ») m'apprit, au sortir de quelques mois de villégiature à la Santé, qu'il y avait croisé le sieur Roucky, employé à la bibliothèque.
Je déambulais, par un beau samedi de l'année 1988, au bras de ma régulière, Boulevard de La Villette, quand une superbe DS noire nous klaxonna et s'arrêta à notre hauteur, conduite par un Roucky, pas peu fier de nous faire grimper dans son carrosse. Visiblement en forme et en fonds, il nous traîna dans maints troquets, nous rinça abondamment, et se mit en devoir, émoustillé sans doute par la présence de ma douce, de nous en mettre plein la vue en nous chantant sur toutes les gammes comment il se la faisait crème depuis un petit moment, grâce à ses doigts d'or et aux chouettes relations qu'il avait nouées.
On a fini par se rapatrier tous les trois chez nous, rue de Sambre et Meuse, histoire d'éponger à grand renfort de nouilles ce long après-midi de retrouvailles. Une fois l'estomac lesté, ma tendre n'a pas tardé à s'écrouler sur son pieu. C'est sur fond de ronquements que Roucky a craqué et m'a avoué en chialant que la belle histoire qu'il nous avait servie, c'était colossal pipeau, qu'à la vérité il galérait comme un chien, qu'il pionçait dans sa caisse et que ça commençait à peler…
Je me baladais par une chaude nuit de l'été 1991 aux Abbesses avec Frédo, mon frelot, quand nous butâmes sur Roucky, à mi-pente de la rue Lepic. Tout beau, bronzé, pétant de santé, en espadrilles et chemisette, le loustic toujours aussi tchatcheur nous expliqua qu'il menait désormais une existence idyllique sur une petite île, en Grèce. C'est à bras ouverts que les pêcheurs avaient accueilli un mécano de son envergure, il nageait à présent dans l'Auber à réparer les moteurs de leurs bateaux. D'ailleurs, c'était vraiment un coup de bol qu'on se croise, il faisait que passer, juste le temps de claquer une bise à sa vieille mère, d'acheter des pièces Evinrude avec tout le pognon que lui avaient confié ses nouveaux copains, et il redécarrait vers son paradis.
Ce coup-ci, j'étais en quart, je me la donnais sévère de ses dispositions au baratin, j'y croyais moyen à son embellie. C'est en 1993 que j'ai su que c'était pas des charres, lorsque Bugs m'a annoncé que Roucky venait de succomber à une péritonite, un soir de tempête sur son île sans hosto ni toubib.
Il aura tout de même eu le temps de se la faire crème, finalement.


The Stingrays, "I want my woman"